Vous êtes ici : Guide de la consommation > Bien-être > La luminothérapie à la maison, est-ce vraiment efficace ?

La luminothérapie à la maison, est-ce vraiment efficace ?

La luminothérapie est plébiscitée depuis quelques années pour ses effets positifs notamment sur la dépression saisonnière qui survient chez certaines personnes lorsque les jours raccourcissent et la luminosité naturelle s’affaiblit. Cette thérapeutique, qui consiste à s’exposer à une lumière artificielle, à l’origine réservée au milieu médical, est aujourd’hui entrée dans nos maisons. Elle contribue à améliorer notre vitalité, mais aussi notre moral.

La luminothérapie à la maison, est-ce vraiment efficace ?

Qu’est-ce que la luminothérapie ?

La luminothérapie consiste à s’exposer devant une lampe qui reproduit la lumière naturelle du soleil. Cette exposition à des radiations lumineuses est censée avoir des effets positifs sur notre baisse de vitalité et notamment sur la dépression saisonnière. La luminothérapie se présente en fait sous une sorte de lampe dont l’unité d’éclairement (le lux) doit être comprise entre 2 500 et 10 000 pour réellement reproduire la luminosité du soleil.

Il s’agit d’une thérapeutique qui utilise les rayonnements solaires, c’est-à-dire de la photothérapie. Elle a été inventée au Danemark en 1903 par un médecin, Ryberg Finsen, qui étudiait les effets des radiations lumineuses sur certaines maladies comme la tuberculose. Après être tombée en désuétude, cette thérapeutique a été remise au goût du jour par des Américains au milieu des années 1980 et les résultats avantageux de la luminothérapie sur le traitement des dépressions saisonnières ont été reconnus officiellement dans ce pays en 2005.

En France, dans une recommandation à destination des professionnels de santé, néanmoins aujourd’hui suspendue, la Haute autorité de la santé (HAS) a en 2007 précisé que la luminothérapie, associée à un simulateur d’aube (une sorte de réveil qui diffuse une lumière d’intensité progressive pour sortir une personne de son sommeil), avait montré leur efficacité dans le traitement de la dépression saisonnière, en rappelant toutefois que « la luminothérapie n’est recommandée qu’après avis médical et n’est réalisée que sous surveillance par des professionnels de santé formés à son utilisation. ».

Les bienfaits de la luminothérapie

Soumise à la luminothérapie, la rétine de l’œil, via ses neurotransmetteurs, suspend un processus physiologique, la sécrétion d’une hormone (la mélatonine), qui intervient normalement le soir avant de s’endormir.

Du début de l’automne à la fin du printemps, avec les jours qui raccourcissent et donc une luminosité qui baisse, notre corps sécrète davantage de mélatonine, ce qui contribue à une baisse de notre vitalité, et, avec pour conséquence pour certaines personnes, la survenue de ce que l’on appelle une dépression saisonnière.

En s’exposant à une lumière artificielle par l’intermédiaire de la luminothérapie, la production de mélatonine est freinée et entraîne une hausse de l’énergie, et participe aussi à mieux gérer les troubles du sommeil. Pour obtenir de tels résultats, une exposition le matin au réveil est recommandée.

Des études scientifiques ont également mis en avant les bienfaits de la luminothérapie sur les personnes âgées, et en particulier celles atteintes de la maladie de Parkinson et d’Alzheimer.

La luminothérapie à la maison

La luminothérapie était utilisée à l’origine essentiellement dans le milieu médical. Aujourd’hui, la pratique de cette thérapeutique s’est démocratisée et est même entrée dans nos maisons grâce notamment à l’apparition de matériels accessibles à tous.

C’est le cas des lampes et des panneaux de luminothérapie qui prennent très peu de place et qui sont très faciles à utiliser à la maison. Il suffit de s’exposer à 30 cm de ces appareils pendant 20 à 30 minutes chaque jour, de préférence le matin, en gardant les yeux ouverts. De plus, il est possible de lire, d’écouter de la musique ou encore de travailler sur son ordinateur durant cette exposition. Il existe également des lunettes de luminothérapie qui permettent à leur utilisateur de les emporter n’importe où.

Moins la luminosité de tous ces appareils est forte, plus l’exposition devra être longue. La norme CE doit être indiquée sur ces dispositifs de luminothérapie pour assurer le sérieux de leur fabrication.

Attention toutefois, la luminothérapie n’est pas une thérapeutique sans risques. Elle est par exemple contre-indiquée pour les personnes qui prennent un traitement photosensibilisant, qui connaissent des problèmes oculaires tels que la cataracte, la dégénérescence maculaire ou encore un glaucome, ou toutes les maladies qui touchent la rétine de l’œil. La luminothérapie est également déconseillée aux personnes atteintes de maladies psychiatriques (paranoïa, schizophrénie, etc.). C’est pourquoi une visite chez le médecin avant toute exposition à cette lumière artificielle, et plus particulièrement à la maison, est recommandée.

D’autre part, un traitement en luminothérapie, pour être le plus efficace possible, doit être associé à une bonne hygiène de vie, comme la pratique d’un sport par exemple.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 7ZCdCR

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers