Vous êtes ici : Guide de la consommation > Bien-être > Prothèse auditive : combien ça coûte ? Quelles aides ?

Prothèse auditive : combien ça coûte ? Quelles aides ?

Prothèse auditive : combien ça coûte ? Quelles aides ?

6 millions de personnes qui présentent des troubles auditifs sont équipées de prothèses auditives en France. Ce nombre est amené à augmenter puisqu’une ces problèmes sont liés pour une grande partie d’entre eux au vieillissement. S’équiper de prothèses auditives a un coût d’autant plus parce que ces appareils sont de plus en plus sophistiqués. L’Assurance maladie propose néanmoins des dispositifs intéressants qui permettent aux patients de ne pas à avoir à débourser un reste à charge important, voire égale à zéro.

Qu’est-ce qu’une prothèse auditive ?

On appelle prothèse auditive, ou aide auditive, un appareil qui peut équiper une personne qui souffre d’un déficit de l’audition. Il peut s’agir de personnes atteintes de surdité dès le plus jeune âge par exemple, mais aussi de personnes âgées car l’ouïe se dégrade naturellement en vieillissant, à partir de 50-60 ans.

Pour les seniors, on parle de presbyacousie, c’est-à-dire d’une altération de l’audition qui apparaît avec l’âge. Cette forme de perte de l’audition peut être légère (perte de 20 à 40 décibels), moyenne (de 40 à 70 dB), sévère (de 70 à 90 dB), ou profonde (de 90 à 120 dB).

Les prothèses auditives s’adressent aux personnes qui souffrent d’un déficit auditif léger à moyen. Elles ne leur permettent pas de retrouver complétement leurs capacités auditives défaillantes, mais elles compensent ce que l’oreille ne peut plus faire seule en raison de la détérioration inéluctable de l’ouïe.

Le fonctionnement de ces appareils reposent sur la captation du son par un ou plusieurs microphones. Le signal ainsi capté est ensuite traité par un microprocesseur qui l’amplifie et module les niveaux de fréquences (grave, medium ou aigu). Ce signal est ensuite réémis via un écouteur placé dans le conduit auditif externe.

Les prothèses auditives sont aujourd’hui des appareillages la plupart du temps sophistiqués, qui fonctionnent grâce au numérique, et qui sont capables de s’adapter à l’environnement de leur utilisateur (ambiance calme, ambiance bruyante, etc.) en sélectionnant automatiquement le meilleur équilibre de restitution du son.

Il en existe de plusieurs types : les contours d’oreille, les micro-contours et les intra-auriculaires. Les prothèses auditives ont besoin de différents accessoires indispensables ou optionnels pour fonctionner comme des piles ou d’un chargeur par exemple.

La nécessité d’avoir recours à un audioprothésiste et à un devis normalisé

Quand les premiers signes de la perte d’audition se font sentir, c’est le moment de penser à la possibilité de s’équiper de prothèses auditives pour améliorer ses conditions de vie. Cette démarche implique de passer par un médecin, le plus souvent spécialisé dans les problèmes d’audition comme peut l’être un otorhinolaryngologiste, plus communément appelé un ORL, qui peut prescrire des prothèses auditives. Les médecins généralistes qui ont suivi un parcours de développement professionnel en otologie médicale peuvent également prescrire des prothèses auditives. C’est à cette seule condition que cet appareil, et les accessoires qui vont avec, peuvent faire l’objet d’une prise en charge par l’Assurance maladie.

La deuxième étape consiste ensuite à prendre rendez-vous avec un audioprothésiste, avant même d’acheter ses prothèses auditives. Ce professionnel procède à des examens, des mesures, des tests et des essais qui permettent d’évaluer la gêne, les besoins, etc., de la personne qui présente un déficit auditif.

Suite à ce rendez-vous, l’audioprothésiste a l’obligation de fournir un devis normalisé au patient concernant les prothèses auditives préconisées, c’est-à-dire un « devis-modèle » établi par l’Assurance maladie.

Ce devis doit contenir des informations telles que la marque, le modèle, la classe et la référence commerciale de la prothèse auditive qui apparaît la mieux adaptée au patient. Doivent également apparaître dans ce devis normalisé la durée de garantie de l’appareil, ainsi que son prix incluant tous les accessoires indispensables ou optionnels à son fonctionnement.

Le devis de l’audioprothésiste doit comporter aussi « la nature des prestations d'adaptation indissociables de l'appareil proposé, nécessaires à son adaptation initiale et à son suivi périodique, et leurs prix », comme l’indique l’Assurance maladie. Ces prestations désignent les services de l’audioprothésiste comme les prises d'empreintes des conduits auditifs ; les essais, le contrôle et l'ajustement de la ou les prothèses auditives si elles concernent les deux oreilles ; l’adaptation progressive et personnalisée du réglage de l’appareil par l’audioprothésiste ; les informations qu’il donne au patient en ce qui concerne l’utilisation, la manipulation et l’entretien de la prothèse auditive ; l’organisation de séances de contrôle au 3e, 6e et 12e mois après la délivrance de l'appareil ; et la gestion administrative du dossier du patient.

Enfin, ce devis normalisé, que l’audioprothésiste transmet à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), doit mentionner au final le prix total à payer par le patient et les modalités de prise en charge par l'Assurance maladie.

Quel est le coût d’une prothèse auditive ?

Se doter de prothèses auditives a un coût. Selon l’association de consommateurs Que Choisir, le prix d’une seule aide auditive oscille entre 600 et plus de 2 000 euros selon qu’il s’agit d’une entrée de gamme ou d’un appareil haut de gamme.

Leur prix dépend aussi des enseignes spécialisées qui les vendent et les nombreuses marques de prothèses auditives qui existent sur le marché (Bernafon, Oticon, Phonak, Resound, Rexton, Signia, Starkey, Unitron, Widex, etc.).

Comment sont remboursées les prothèses auditives ?

Pour prétendre à une prise en charge de ses prothèses auditives par l’Assurance maladie, ces dernières doivent d’abord être obligatoirement prescrites par un médecin. D’autre part, elles doivent appartenir à une catégorie inscrite sur la liste des produits et prestations (LPP) remboursables définie par l'Assurance maladie.

Pour les personnes de plus de 20 ans, l’Assurance maladie rembourse ainsi les prothèses auditives à hauteur de 60 % sur la base d'un tarif fixé à 400 euros par oreille. Ce tarif de base passe à 1 400 euros pour les personnes atteintes d’une déficience auditive prononcée.

L'Assurance maladie rembourse également à hauteur de 60 % les accessoires (piles, écouteurs, coque, etc.) à condition qu'ils soient aussi inscrits sur la liste des LPP remboursables. En ce qui concerne les piles nécessaires au fonctionnement des prothèses auditives, le nombre de piles remboursables chaque année est limité : il est fixé de 3 à 10 paquets de 6 piles selon leur capacité.

Compte tenu du coût important d’une prothèse auditive et de la faiblesse de sa prise en charge d’un point de vue remboursement jusqu’ici, on estime que de nombreuses personnes qui auraient besoin de cet appareillage ne sautent pas le pas et continuent à vivre avec cet handicap qui entrave leurs conditions de vie.

C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2020, les pouvoirs publics ont mis en place ce que l’on appelle le « panier 100 % Santé audio » dans le but de mieux rembourser les prothèses auditives et de garantir à tous les assurés des équipements de qualité sans reste à charge.

Ce type de prise en charge très intéressant pour les personnes qui ont besoin de prothèses auditives concerne essentiellement 2 types de ces appareillages :

  • les aides auditives de « classe 1 », c’est-à-dire d’entrée de gamme, dont le prix est plafonné à 950 euros. Pour ces prothèses auditives, les mutuelles ou assurances complémentaires des personnes qui en sont dotées doivent prendre en charge les frais qui ne sont pas remboursés par l'Assurance maladie ;
  • les aides auditives de « classe 2 », de gamme supérieure et davantage personnalisées, qui répondent à des déficits de l’audition plus complexes. Les prix de ces prothèses auditives ne sont pas réglementés.

Dans son devis normalisé, l’audioprothésiste doit obligatoirement proposer à son patient au moins une offre « 100 % Santé » pour chaque oreille qui doit être équipée d’une prothèse auditive.

À noter : un dispositif spécifique de prise en charge est prévu par l’Assurance maladie pour les personnes de plus de 20 ans bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire qui s’adresse aux ménages aux faibles revenus et qui leur permet une prise en charge de leurs dépenses de santé.

Il est possible de se faire rembourser une prothèses auditive qu’une fois tous les 4 ans.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : csBTDX

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers