Vous êtes ici : Guide de la consommation > Finance > Comment être bien assuré quand on part aux sports d'hiver ?

Comment être bien assuré quand on part aux sports d'hiver ?

Comment être bien assuré quand on part aux sports d'hiver ?

L'hiver est là ! Pour une partie des Français, le départ pour les sports d'hiver à la montagne est proche. Si ces séjours sont synonymes de détente, de grandes balades dans la neige au sommet des montagnes, de dépaysement, mais, bien sûr, aussi l'occasion de pratiquer le ski, ils peuvent aussi apporter leur lot de déconvenues. C'est pourquoi quand on part aux sports d'hiver, il faut penser au préalable à vérifier d'être bien couvert en cas, par exemple, de vol de matériel de ski, de dégradations dans l'appartement loué, voire d'accidents.

Une assurance pour couvrir les risques liés à sa location saisonnière

La plupart des Français qui partent aux sports d'hiver, à moins d'être les heureux propriétaires d'un chalet ou d'un appartement à la montagne, louent leur hébergement dans la station de ski où ils vont séjourner.

Dans ce cas, au moment de la réservation de leur location saisonnière, qu'ils passent directement par un particulier, par un organisme ou une plateforme de location d'hébergements, une assurance destinée à couvrir les éventuels dégâts causés dans leur location, ou encore en cas de vol de leurs biens, leur est demandée. On appelle ce type d'assurance, l'"assurance villégiature".

L'assurance villégiature a pour but de protéger et de couvrir certains biens de l'assuré s'ils sont perdus ou endommagés lors de séjours hors de son domicile, que ce soit en France ou à l'étranger. Elle comporte également une garantie, plus précisément appelée "assurance responsabilité civile villégiature", qui garantit l'assuré si sa responsabilité civile est engagée en cas de dommages causés à un tiers.

L'assurance villégiature peut, selon ses niveaux de garanties, prévoir aussi de couvrir les dommages causés au logement loué, ainsi qu'aux biens qu'il contient, mais aussi aux bâtiments voisins. Cette assurance peut également aller plus loin et permettre, par exemple, le remboursement des frais de location pour la période restant à courir en cas de retour prématuré de son lieu de vacances aux sports d'hiver en raison de circonstances particulières (rapatriement pour cause de maladie, décès d’un proche, sinistre survenu sur le lieu de domicile habituel de l'assuré).

D'autres garanties de l'assurance villégiature donnent aussi la possibilité à l'assuré d'être remboursé des frais qu'il a engagés pour la location de son hébergement si le bien n'est pas conforme aux caractéristiques annoncées par le loueur ou s'il a affaire à un propriétaire malhonnête.

Il faut savoir que cette assurance villégiature est le plus souvent comprise dans l'assurance multirisques habitation, il n'est donc pas nécessaire de souscrire en supplément ce type de garantie pour couvrir sa location saisonnière. Dans le cas contraire, et pour ceux qui ne disposent pas d'une assurance multirisques habitation, il est toujours possible de souscrire une garantie assurance villégiature auprès de son assureur ou par l'intermédiaire de l'organisme qui loue l'hébergement saisonnier, par exemple.

Une assurance en cas d'accident de ski

Les accidents de ski ne sont malheureusement pas rares. Selon le Système national d'observation de la sécurité en montagne (SNOSM) de l'École nationale de ski et d'alpinisme, près de 46 000 skieurs se sont blessés lors de la saison d'hiver 2021-2022. La plupart de ces blessures (95 %) sont dues à des chutes solitaires sur les pistes de ski, comme le souligne cet organisme, et certaines en raison de collisions entre skieurs ou avec des obstacles. Le nombre de décès, quant à lui, s'est élevé à 35 pour cette période.

Compte tenu des risques encourus quand on part aux sports d'hiver, surtout lorsque l'on pratique le ski, il est conseillé d'être bien assuré en cas d'accident et en prévision des dommages qui peuvent être causés à un tiers. Les secours en montagne, notamment si un hélicoptère doit intervenir, un rapatriement, les frais médicaux, etc., peuvent en effet se révéler très onéreux !

Avant de partir pour les sports d'hiver, il est donc important de vérifier les garanties dont on dispose grâce à ses assurances et qui sont nécessaires en cas d'accident.

En ce qui concerne les dommages corporels que peuvent subir les personnes qui partent skier à la montagne, même si ce n'est pas toujours systématique, les mutuelles santé prévoient généralement dans leurs garanties la couverture totale ou partielle des frais médicaux en cas d'accident de ski, voire même une assistance dans ce cas ou le rapatriement de l'assuré, mais pas les frais de secours sur les pistes.

Les assurances liées à une carte bancaire peuvent également prévoir dans certains cas le rapatriement et une assistance en cas de blessures dues à la pratique du ski, mais aussi la prise en charge des frais de secours et de recherche, les frais liés à l'annulation du séjour et le remboursement de certains services (forfaits de remontées mécaniques, location de matériel, cours de ski, etc.) s'ils sont réglés avec la carte bancaire en question, ou encore inclure la responsabilité civile.

Les personnes qui partent aux sports d'hiver et qui ont souscrit une assurance garantie des accidents de la vie (GAV) peuvent aussi être couverts en cas d'accident. Mais il faut toujours vérifier si ces différents types d'assurance ne comprennent pas des restrictions et exclusions pour être réellement bien couvert comme, par exemple, la non possibilité de les faire jouer si l'assuré est parti aux sports d'hiver à l'étranger, si elles excluent la pratique de certains sports dont le ski, le ski hors-pistes, le snowboard, etc.

Concernant les accidents et les dommages qui peuvent être causés à un tiers lors d'un séjour aux sports d'hiver, et qu'il faut donc indemniser, il convient de veiller à ce que la responsabilité civile incluse dans son assurance habitation couvre bien les accidents liés aux sports de glisse, ce qui n'est pas toujours le cas. Dans ce cas-là, il faut alors prévoir de souscrire des garanties supplémentaires dans son assurance habitation ou prendre une assurance spécifique (une "assurance ski" ou "assurance neige") que nous détaillons plus bas.

À noter : les personnes qui adhèrent à la Fédération française de ski bénéficient de l'assurance responsabilité civile de leur club qui les couvrent des conséquences des dommages qu'ils causent à l'occasion de leur pratique du ski.

D'autre part, un skieur blessé par un autre pratiquant qui n'est pas identifié ou qui n'est pas titulaire d'une assurance a la possibilité, en tant que victime de dommages corporels, d'obtenir une indemnisation de son préjudice en saisissant le Fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO).

Une assurance pour couvrir son matériel de ski

Beaucoup de personnes qui partent aux sports d'hiver louent leur matériel de ski sur place, ou en ligne avant leur départ. Lors de cette démarche, le loueur de matériel de ski propose toujours de souscrire une assurance qui couvre l'assuré en cas de casse ou de vol du matériel loué durant son séjour à la montagne.

Une assurance nécessaire mais qui peut déjà être prévue en particulier par l'assurance qui est associée à une carte bancaire à condition d'utiliser cette dernière pour régler les frais liés à la location du matériel de ski. Seulement certains types de carte bancaire propose une telle assurance toutefois.

Quelles garanties sont proposées par les "assurance ski" ou "assurance neige" ?

Celles et ceux qui partent aux sports d'hiver connaissent bien ce que l'on appelle les "assurance ski" ou "assurance neige". Ces assurances sont en effet proposées généralement à l'occasion de l'achat des forfaits de remontées mécaniques, de la location de matériel de ski, ou sur les sites Internet des stations de ski.

Les "assurance ski" ou "assurance neige" comprennent en principe des garanties spécifiques aux séjours à la montagne et à la pratique du ski qui peuvent ne pas être incluses dans les assurances classiques (assurance habitation, assurance santé, assurance liée à une carte bancaire) que détiennent la majorité des assurés. Dans la plupart des cas, ces "assurance ski" ou "assurance neige" ont une durée limitée et couvrent seulement celle qui correspond au séjour aux sports d'hiver.

Ainsi, ces assurances spécifiques, selon leur niveau de garanties, peuvent prévoir la prise en charge des frais de secours, des frais de santé médicaux ou d'hospitalisation non remboursés par l'assurance maladie, le rapatriement, le vol ou la casse du matériel de ski personnel ou loué, ou encore inclure la responsabilité civile qui couvre les dommages causés à des tiers. Comme l'indique Assurance Banque Épargne Info Service, une plateforme commune mise en place par la Banque de France, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et par l'Autorité des marchés financiers (AMF), "Certains contrats prévoient également la prise en charge des forfaits de remontées mécaniques, des cours de ski et/ou du séjour en cas d’accident ou d’absence de neige ainsi que les frais de recherche, de secours et de premier transport".

Avant de souscrire une "assurance ski" ou une "assurance neige", il est recommandé de vérifier si leurs garanties ne sont pas déjà comprises dans l'une ou l'autre de ses assurances habitation, santé, contrat d’assurance prévoyance, etc. Il faut savoir qu'un assuré qui a souscrit ce type de contrat peut, sous certaines conditions, renoncer à ces assurances spécifiques dans un délai de 14 jours à compter de leur souscription.

D'autre part, il est aussi nécessaire d'étudier dans le détail leurs garanties qui peuvent prévoir des exclusions ou le paiement de franchises en cas de dommage ou d'accident.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : m6aqAb

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers