Vous êtes ici : Guide de la consommation > Bien-être > Pourquoi faut-il bannir les cotons-tiges en plastique ?

Pourquoi faut-il bannir les cotons-tiges en plastique ?

Source de danger pour les oreilles, le coton-tige est également responsable de dégâts écologiques de grande ampleur, si bien qu’il est en passe de totalement disparaître suite à la promulgation de la loi Biodiversité. Quels sont les réels dangers de ce produit et quelles sont ses alternatives ? Réponses.

bannir les cotons-tiges en plastique

Les cotons-tiges : un danger sanitaire

Beaucoup de gens ont pour réflexe de se nettoyer les oreilles avec des cotons-tiges. Or, un geste aussi banal peut s’avérer être dangereux au final. La plupart du temps, ils se nettoient l’intérieur des oreilles pour se débarrasser du cérumen. Il faut savoir que cette substance est indispensable car déjà, elle constitue une barrière contre les champignons, les bactéries, la poussière et les saletés diverses et, en outre, elle évite aussi à la peau située dans le conduit auditif de se dessécher. Comme le cérumen possède une texture relativement grasse, il va protéger contre l’excès d’humidité.

Et puis, il est très important de spécifier qu’il s’élimine naturellement. Pas besoin donc de le nettoyer. D’autant que l’usage du coton-tige, au-delà même d’ôter le cérumen qui est incontournable pour la santé des oreilles, entraîne beaucoup de risques : infection, dommages cutanés, blessure du tympan, faible production du cérumen, bouchon de cérumen, etc. Malgré le danger, les personnes qui ne peuvent pas se passer du coton-tige n’ont pas à l’introduire à plus d’un centimètre dans les oreilles.

Un produit à l’impact écologique néfaste

Décidément, le coton-tige est décrié non seulement dans la sphère médicale, mais également chez les écologistes. Bien qu’il soit apprécié des adeptes des gratouilles d’oreilles, il aurait un impact environnemental de grande ampleur. Comme ils ne sont ni biodégradables ni recyclables, les cotons-tiges en plastique seraient un véritable fléau pour l’écologie. Ils sont présents en trop grosse quantité dans l’environnement : trop de personnes les jettent dans la cuvette des toilettes où ils finissent par boucher les filtres des stations d'épuration entrainant un débordement se déversant dans la nature.

D’après les derniers chiffres, on en a retrouvé plus de 1,2 million dans les égouts et sur les plages. Dans ce contexte, la loi Biodiversité adoptée en 2017 entend définitivement interdire la vente de ces tiges en plastique. Cette interdiction prendra effet dès le 1er janvier 2020. Une nouvelle accueillie avec joie par les associations de protection des océans, ces zones aquatiques qui subissent en premier les effets dévastateurs du plastique. Dans la même foulée, depuis le 1er janvier 2018, cette loi a déjà interdit la mise sur le marché de cosmétiques renfermant des microbilles de plastique. Ne pouvant pas être filtrées par les stations d’épuration, elles terminent leur route dans les océans et eaux continentales et sont ingérées par les espèces vivant en milieu aquatique.

cotons-tige en papier

Par quoi remplacer le coton-tige ?

Face à cette nouvelle réglementation, il est alors temps de trouver des alternatives au coton-tige. Heureusement, il existe des produits qui se développent davantage sur le marché. Parmi eux figurent les oriculis, ces cure-oreilles venus tout droit du Japon qui prennent la forme d’une tige recourbée faite à base de bambou ou de matière naturelle. Il est entre autres possible d’utiliser des bougies d’oreille, des sprays auriculaires ou encore des cotons-tiges en papier pour ceux qui ne veulent pas se défaire de leurs habitudes. La dernière technique consiste à utiliser une serviette qui épargne toutes formes de blessures.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : NJU3Zr

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers